13 mai 2015

Shabus: l’autobus du samedi à Jérusalem

Lancement à Jérusalem d’un bus de sabbat: en ce jour de repos absolu le Shabus transporte ceux qui n’ont pas d’autre moyen de transport.

Archéologie, culture, art et autres religions

Loading the player...
Embed Code  

Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Copy the code below and paste it into your blog or website.
<iframe width="640" height="360" src="https://www.cmc-terrasanta.org/embed/shabus-l-autobus-du-samedi-a-jerusalem-8650"></iframe>
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Veuillez envoyer un email à :
info@cmc-terrasanta.org

Objet: Demande de vidéo de qualité supérieure

Message :
Archives personnelles / promotion du CMC / TV Broadcasting

http://cmc-terrasanta.com/fr/video/archeologie-culture-art-et-autres-religions-8/shabus-l-autobus-du-samedi-a-jerusalem-8650.html

Aucune partie de cette vidéo ne peut être éditée ou diffusée sans un accord conclu au préalable avec le Christian Media Center convenant des termes et conditions de l'édition et de la diffusion.
"Et Dieu bénit le septième jour et le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa (shavàth) de toute l’œuvre qu'il avait faite." Ainsi parle la Genèse, et ainsi depuis 5 millénaires les Juifs se reposent le samedi: le Shabbat, qui en hébreu signifie repos.

FULVIO CANETTI
écrivain – Communauté hébraïque Italienne de Jérusalem
« Ce repos qui vous permet de participer au temps - le sabbat représente du temps – l’éternité du Shabbat, l'éternité de la création, c’est aussi le mystère de l'existence du peuple juif qui a perduré depuis des millénaires dans la diaspora. »

Se reposer signifie ne pas utiliser de moyens de transport, ne pas manipuler d'argent, ne pas voyager. Ainsi, dans presque toutes les villes israéliennes, les transports en commun ne circulent pas le samedi, ce qui peut constituer un inconvénient majeur pour une partie de la population. Certains citoyens, pour surmonter ce problème, ont fondé à Jérusalem une coopérative permettant à ses membres d'utiliser un minibus appelé "Shabus", de la fusion des mots Shabbat et bus.

LAURA WHARTON
Présidente de la Coopérative Shabus - Jérusalem
« Il y a quelques années, une femme de mon voisinage est venu me voir, elle était très frustrée, parce qu'elle n'a jamais eu une voiture et que c’était très coûteux de rejoindre le centre en taxi. Nous avons pensé à diverses solutions. J’en ai parlé à un ami avocat, un expert en coopératives, qui m’a dit: « Nous pouvons peut-être organiser une coopérative aujourd'hui. Et c’est ce que nous avons fait, avec deux ou trois amis. C’est devenu par la suite un grand groupe de personnes. »

Spk 3 - 00:00:13
« C’est l’unique possibilité que j’ai pour me déplacer dans la ville le week-end. Si je voulais aller rendre visite à quelqu'un pendant le week-end ou pendant les jours fériés, je devrais prendre un taxi spécial qui coûte très cher. »

Dans une ville où les Juifs religieux représentent une partie importante de la population, ce service a suscité une certaine hostilité de par sa nature même.

FULVIO CANETTI
écrivain – Communauté hébraïque Italienne de Jérusalem
« Il y a deux problèmes: un qui vient de la alakah, de la loi juive, et un autre problème lié à l'utilité de ce shabus pour les citoyens non-juifs, les touristes ou autres minorités arabes ou chrétiennes vivant à Jérusalem. Pour ce qui touche à la alakah il faut dire que le projet est difficile à mettre en œuvre car il implique des choses comme l'utilisation de l'argent, ce qui est interdit le samedi. D’un autre côté, je pense que le shabus pourrait être utile surtout aux Juifs eux-mêmes qui doivent se déplacer pour des raisons de mitzvah, par exemple pour aller visiter les malades ou voir des parents éloignés: pour ces différentes raisons, il pourrait être plus toléré. »

LAURA WHARTON
Présidente de la Coopérative Shabus - Jérusalem
« Il y a beaucoup de gens religieux qui nous soutiennent parce qu’il n’est pas interdit de conduire le samedi; il y a une interdiction des transports publics, mais pour les gens qui veulent conduire, c’est mieux pour eux qu’il y aient des bus ou des minibus. »

« Ce bus est fantastique parce que je n’ai pas de voiture, je ne peux aller nulle part le jour du shabbat, sauf aux endroits où je peux aller à pied et comme vous pouvez le voir, j’ai trois enfants et nous ne pouvons pas marcher bien loin. Ce bus est la seule façon de sortir pendant le shabbat. J’espère qu’il y en aura de plus en plus, pour que nous puissions aller à la plage le samedi! «

« Maintenant, nous allons voir des amis, probablement nous le prendrons pour sortir, aller à une fête et rencontrer des amis. Je pense que c’est vraiment bien: je vis à Jérusalem depuis un certain temps, depuis 7 ou 8 ans, et c’est la première fois qu'il y a quelque chose de vraiment utile : un transport public le week-end. C’est presque révolutionnaire, et j’espère vraiment que ça va marcher. »